MARZATTACK

Hâtivement, la musique de ces deux frères s’apparenterait à ce qu’on appelle communément « Deephouse ». Mais à y écouter de plus près, les influences encore fraiches du Turntablism, les percées directes du Hip Hop, Funk, Rythm & Blues et Scratch font de leurs morceaux de véritables melting-pots musicaux, hors des catégories qu’on voudrait leur imposer. Disciples évidents de Saint Germain et Kartell, MarzAttack distancent leurs aînés par des ajouts hors-des-cadres.

La puissance des accords, frôlant parfois le larsen, et l’acuité du rythme, travaillant subtilement sur la syncope (Love Your Future), sont les seules directives musicales de MarzAttack. Le reste est un cosmopolitisme bariolé, qui refuse effrontément toute critère musical : la rondeur des harmonies (Big Balls), la répétition manipulée (Little People, Likeness), les cadences électriques (Lumps), les registres de chant, s’associent, pour un fini audacieux, et un refus du genre.